A l’origine, l’avenue Junot n’avait rien à voir avec celle qu’on connaît. Surnommée « maquis de Montmartre », c’était un endroit broussailleux et verdoyant, habité par les populations les plus modestes, les clochards et les bohèmes. Aujourd’hui, l’avenue abrite un certain nombre d’hôtels particuliers, et on peut encore admirer de l’extérieur les anciennes maisons de Tristan Tzara et Charles Berling. Un peu plus loin, la place Marcel Aymé rend hommage à l’écrivain qui porte son nom en exposant une statue du « Passe-Muraille », tirée de l’une de ses nouvelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu